Archive | septembre, 2010
20/09/2010

Japon: passion sumos !

Japon: passion sumos !

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça n’est pas l’envie qui me manquait de découvrir le Pays du Soleil Levant. Seulement pour trouver des prix convenables depuis le vieux continent, il faut justement se lever tôt, très tôt. Le Japon n’était donc pas au parcours de mon tour du monde, pour des raisons budgétaires.

Par conséquent, à Hong Kong, mon choix était le suivant: continuer vers le sud de l’Asie, ou remonter direction le Japon sachant que le vol A/R vaut un peu moins de 400€.  Me disant que l’occasion ne se représenterait pas de si peu, je craque, j’achète les billets 2 jours avant et je jubile à l’idée d’aller au pays de toutes ces choses que j’adore et/ou qui m‘intriguent: les sushis, les mangas, le kirin, les sumos, le métro en heure de pointe et bien sûr les chiottes high tech.

Je décide de ne passer que 7 jours au Japon, histoire de ne pas exploser mon budget. C’est court et largement insuffisant pour pouvoir sortir des sentiers battus et parcourir la campagne japonaise ou les villes de taille moyenne. Je me résous donc à me concentrer sur Tokyo et Kyoto.

Voir toutes les photos du Japon


Au Japon: impossible de faire du couchsurfing, cela ne semble pas vraiment dans les mœurs, je me rabats vers les auberges de jeunesse. Le lendemain de mon arrivée nocturne, Lucy sino-américaine également arrivée la veille me propose via CS de se rencontrer et de visiter ensemble, ce que nous ferons.

Nous passons la première journée à nous promener au hasard des rues, là ou nous mènent nos envies, enthousiasmés à l’idée de nous perdre dans cette jungle urbaine. Tokyo me permet de me forger ma première opinion: ce qui est extraordinaire ici et au Japon de façon plus générale, c’est que quel que soit le lieu ou se pose votre regard, il y a toujours un détail qui vous attire, vous surprend, vous amuse. Au choix.
Tout ici est différent de ce que j’ai connu, vu et visité jusqu‘à présent;  il me semble que les japonais ont réussi mieux que personne à concilier modernité et traditions. La vie est certes ultra moderne, tout étant fait pour faciliter le quotidien, mais à côté de ça, la ville est parsemée de petites baraques au charme fou, dans des ruelles non moins jolies. Ces habitations, même si elles ne sont pas toujours aussi anciennes qu’il y parait sont charmantes, propres, avec de belles portes en bois coulissantes en guise de porte d’entrée, de la verdure.

Nous vaguons de temples en temples, d’artères bondées en ruelles désertes, en passant par quelques jardins finement travaillés. Souvent, je m’arrête pour dévisager ces jeunes au style déluré: j’adore. Pas mal d’adolescents ici ont un look que je serais bien en peine de vous décrire avec quelques mots, un look similaire à ceux des personnages de mangas (= dessin animé typique japonais). Les filles déambulent avec leurs ombrelles, essayant de préserver leur peau blanche symbole de beauté, et se maquillent comme des voitures volées, se fardant outrageusement les yeux à grands coups de crayon noir, surmontés de faux cils.

Le lendemain matin, levé 6h du mat pour visiter le plus grand marché de poisson du monde. C’est tout simplement génial, énorme !! Ca se bouscule pour acheter les meilleures pièces au prix fort, ça découpe d’énormes poissons à la scie sauteuse, ça crie, ça pue la mer. Mais ça « pue bon » si je puis dire. Je crois bien avoir gardé le sourire de 6h à 9h du mat devant tant de couleurs, au milieu de cette ambiance étrange, d’autant plus que c’était l’occasion ou jamais d’aller manger les sushis les plus frais du monde, en bordure du marché, autrement dire au meilleur endroit! Alors certes c’est pas donné, mais le Chef fait ça devant vous, avec des poissons tout juste sortir de l’eau et ça, ça n’a pas de prix. Même à 8h du mat, c’est dé-li-cieux.
Voir toutes les photos du Japon

Tiens, tout ça me ferait presque oublier que c’est mon anniversaire! Un anniv au Japon (classe !), 31 ans (moins classe)! Lucy avec qui l’entente est parfaite est hébergée par un ami, américain lui aussi, mais vivant au Japon depuis 2 ans. Tous ensemble, nous rejoignons un groupe de potes à eux et c’est parti pour une nuit de folie. L’occasion de vérifier que les japonais ne tiennent pas l’alcool: ayant eu le choix de la boisson, j’ai tout naturellement choisi la vodka sachant que mon entrainement intensif en « Europe de l’Est » ne pouvait m’être que bienfaiteur. Bien m’en a pris, j’avais raison. Retour au bercail à 8h du mat, l’heure du « check out », changement d’auberge et hop, c‘est reparti pour visiter, 48h sans dormir ou presque. C’est plus de mon âge ces conneries d’ado.

I had a dream: je ne l’avais pas mis sur ma liste de vie, estimant l’occasion peu probable, et bien j’aurais dû car j’y suis allé !! Allé ou ? voir de gros nounours se tamponner la face sur un tapis, en d’autres termes aller voir un tournoi de sumos. C’est 3 fois par an seulement, pour 15 jours et ça tombe bien, c’est maintenant !! Je n’ai pas de billets, mais vu que je suis habitué à me lever à 6h du mat, c’est parti pour la file d’attente, toujours avec Lucy. Quelques crises de rire en voyant des sumos apprentis poids plumes (si si, ça existe), des mecs taillés comme des arbalètes aller au carton pour affronter des adversaires avoisinant le quintal! Folklo. Et le pire, c’est que le poids plume gagne parfois, y’a de l’espoir pour moi, je songe à ma reconversion.
Tout est très codé dans ce sport, beaucoup de traditions, de respect, d’adulation aussi. Les meilleurs sumos possèdent des serviteurs pour trimballer leurs affaires, sont criblés de flashs par une foule dont je suis partie intégrante. Les seconds gras doubles, moins connus, arrivent seuls à pied ou en métro, transportant leur baluchon et toujours habillés en costume traditionnel. Je n’ai pas osé demander à prendre une photo avec eux, mais ils se prêtent volontiers au jeu. Bref, expérience géniale, que je renouvellerai, c’est une promesse que je me suis fait à moi-même.

C’est pas tout ça, mais je suis à Tokyo depuis 4 jours, le soir même direction Kyoto, petite bourgade provinciale de 23 millions d’habitants. Histoire d’entrapercevoir cette mentalité japonaise dont nous sommes si éloignés l’espace d’un instant, nous décidons de passer la nuit dans un Ryokan, maison traditionnelle japonaise. C’est terrible…vraiment. Quand j’achèterai une maison (on peut rêver), ça sera une maison landaise ou une maison à la japonaise! :)
On laisse ses chaussures dans un sas d’entrée ou des chaussons vous attendent, le jardin autour est absolument superbe, tout est d’une propreté impeccable, un bain chaud vous attend en permanence. Les portes en bois coulissent avec grâce, le sol de la chambre est fait de bambou, ça sent bon la nature et la simplicité. Les lits sont rangés dans une armoire en bois encastrée dans le mur (gain de place) et sont faits tous les soirs, à même le sol. Et pourtant, quel confort…j’en suis épaté, vraiment. Dans ma maison landaise ou japonaise, j’aurais un lit comme ça.

Voir toutes les photos du Japon


Nous nous promènerons à Kyoto en vélo le premier jour, pour visiter des temples, tous aussi beaux les uns que les autres. Cette ville immense se prête au vélo.
Pour être tout à fait honnête, je cherche mes mots en écrivant cet article, je n’arrive pas à faire passer le message de cette sérénité ressentie au Japon, je ne sais comment vous l’expliquer. Tout ici est fait pour promouvoir cet individualisme que je gerbe et pourtant, les gens sont absolument gentils (hypocrites? je ne le pense pas) et prêt à vous aider, peut être plus qu’ailleurs, si vous le demandez.
Cela fait plusieurs jours que je cogite à la question, je ne comprends toujours pas comment autant d’individus qui ne se prêtent aucune attention les uns les autres, peuvent se témoigner autant de respect. C’est totalement contradictoire, mais ça marche, bien mieux que chez nous.
Une criminalité ridicule au Japon, les portes ne sont pas toujours fermées à double tour la nuit, les vélos pas attachés. De tous mes voyages, c’est le premier pays ou je ne vois aucune mendicité. Et je dis bien : aucune. Des SDF il y en a, mais ils ne mendient pas, l’Etat les prenant en charge pour le minimum vital, soins, nourriture. Impressionnant quand même pour peu que l’on se donne la peine de comprendre les rouages de cette société.

Revenons à Kyoto: nous enchainons les temples, nous nous perdons beaucoup (les métros appartiennent à différentes compagnies privées, pas reliées entre elles, donc pas facile de s’y retrouver). Nous passerons une journée dans les rues principales, à flâner, puis la nuit partirons sans succès à la recherche des Geishas.
L’occasion de redire que si le Japon est un pays traditionnel, le prostitution l’est tout autant: il n’est pas rare le soir de voir des groupes de costards-cravates, qui, après le travail, font un détour pour se mettre minable dans bar et finir dans les bras d’une fille (ou d’un garçon) de joie, philippin(e) bien souvent. La société japonaise change, mais le sexe est toujours tabou: pas avant le mariage. Les « love hôtels », chambres louées à l’heure, poussent donc comme des champignons et semblent être un business florissant.

Je reviendrai au Japon, j’en ai la certitude. Je n’avais jamais quitté un pays aussi frustré d’avoir vu si peu. Je n’ai vu que 2 grosses villes, qui m’ont plu! Alors j’imagine la campagne….il faudra bien que j’aille voir. A rajouter sur ma liste de vie.
Pour conclure, je ne pourrais pas passer ma vie au Japon, la mentalité étant rigide et trop éloignée de la notre. Je suis probablement plus proche d’un papou que d’un japonais. Ceci étant, les japonais sont tellement serviables et avenants que si l‘occasion se présentait d‘y passer quelques mois, je n‘hésiterais pas une seconde.
Pour tout vous dire, je me suis surpris après quelques jours seulement, à hocher la tête à la japonaise, comme un dingue au risque de me la dévisser, afin de témoigner du respect ou tout simplement de dire merci.

Voir toutes les photos du Japon


Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça n’est pas l’envie qui me manquait de découvrir le Pays du Soleil Levant. Seulement pour trouver des prix convenables depuis le vieux continent, il faut justement se lever tôt, très tôt. Le Japon n’était donc pas au parcours de mon tour du monde, pour des raisons budgétaires.

Par conséquent, à Hong Kong, mon choix était le suivant: continuer vers le sud de l’Asie, ou remonter direction le Japon sachant que le vol A/R vaut un peu moins de 400€.  Me disant que l’occasion ne se représenterait pas de si peu, je craque, j’achète les billets 2 jours avant et je jubile à l’idée d’aller au pays de toutes ces choses que j’adore et/ou qui m‘intriguent: les sushis, les mangas, le kirin, les sumos, le métro en heure de pointe et bien sûr les chiottes high tech.

Je décide de ne passer que 7 jours au Japon, histoire de ne pas exploser mon budget. C’est court et largement insuffisant pour pouvoir sortir des sentiers battus et parcourir la campagne japonaise ou les villes de taille moyenne. Je me résous donc à me concentrer sur Tokyo et Kyoto.

Au Japon: impossible de faire du couchsurfing, cela ne semble pas vraiment dans les mœurs, je me rabats vers les auberges de jeunesse. Le lendemain de mon arrivée nocturne, Lucy sino-américaine également arrivée la veille me propose via CS de se rencontrer et de visiter ensemble, ce que nous ferons.

Nous passons la première journée à nous promener au hasard des rues, là ou nous mènent nos envies, enthousiasmés à l’idée de nous perdre dans cette jungle urbaine. Tokyo me permet de me forger ma première opinion: ce qui est extraordinaire ici et au Japon de façon plus générale, c’est que quel que soit le lieu ou se pose votre regard, il y a toujours un détail qui vous attire, vous surprend, vous amuse. Au choix.
Tout ici est différent de ce que j’ai connu, vu et visité jusqu‘à présent; il me semble que les japonais ont réussi mieux que personne à concilier modernité et traditions. La vie est certes ultra moderne, tout étant fait pour faciliter le quotidien, mais à côté de ça, la ville est parsemée de petites baraques au charme fou, dans des ruelles non moins jolies. Ces habitations, même si elles ne sont pas toujours aussi anciennes qu’il y parait sont charmantes, propres, avec de belles portes en bois coulissantes en guise de porte d’entrée, de la verdure.

Nous vaguons de temples en temples, d’artères bondées en ruelles désertes, en passant par quelques jardins finement travaillés. Souvent, je m’arrête pour dévisager ces jeunes au style déluré: j’adore. Pas mal d’adolescents ici ont un look que je serais bien en peine de vous décrire avec quelques mots, un look similaire à ceux des personnages de mangas (= dessin animé typique japonais). Les filles déambulent avec leurs ombrelles, essayant de préserver leur peau blanche symbole de beauté, et se maquillent comme des voitures volées, se fardant outrageusement les yeux à grands coups de crayon noir, surmontés de faux cils.

Le lendemain matin, levé 6h du mat pour visiter le plus grand marché de poisson du monde. C’est tout simplement génial, énorme !! Ca se bouscule pour acheter les meilleures pièces au prix fort, ça découpe d’énormes poissons à la scie sauteuse, ça crie, ça pue la mer. Mais ça « pue bon » si je puis dire. Je crois bien avoir gardé le sourire de 6h à 9h du mat devant tant de couleurs, au milieu de cette ambiance étrange, d’autant plus que c’était l’occasion ou jamais d’aller manger les sushis les plus frais du monde, en bordure du marché, autrement dire au meilleur endroit! Alors certes c’est pas donné, mais le Chef fait ça devant vous, avec des poissons tout juste sortir de l’eau et ça, ça n’a pas de prix. Même à 8h du mat, c’est dé-li-cieux.

Tiens, tout ça me ferait presque oublier que c’est mon anniversaire! Un anniv au Japon (classe !), 31 ans (moins classe)! Lucy avec qui l’entente est parfaite est hébergée par un ami, américain lui aussi, mais vivant au Japon depuis 2 ans. Tous ensemble, nous rejoignons un groupe de potes à eux et c’est parti pour une nuit de folie. L’occasion de vérifier que les japonais ne tiennent pas l’alcool: ayant eu le choix de la boisson, j’ai tout naturellement choisi la vodka sachant que mon entrainement intensif en « Europe de l’Est » ne pouvait m’être que bienfaiteur. Bien m’en a pris, j’avais raison. Retour au bercail à 8h du mat, l’heure du « check out », changement d’auberge et hop, c‘est reparti pour visiter, 48h sans dormir ou presque. C’est plus de mon âge ces conneries d’ado.

I had a dream: je ne l’avais pas mis sur ma liste de vie, estimant l’occasion peu probable, et bien j’aurais dû car j’y suis allé !! Allé ou ? voir de gros nounours se tamponner la face sur un tapis, en d’autres termes aller voir un tournoi de sumos. C’est 3 fois par an seulement, pour 15 jours et ça tombe bien, c’est maintenant !! Je n’ai pas de billets, mais vu que je suis habitué à me lever à 6h du mat, c’est parti pour la file d’attente, toujours avec Lucy. Quelques crises de rire en voyant des sumos apprentis poids plumes (si si, ça existe), des mecs taillés comme des arbalètes aller au carton pour affronter des adversaires avoisinant le quintal! Folklo. Et le pire, c’est que le poids plume gagne parfois, y’a de l’espoir pour moi, je songe à ma reconversion.
Tout est très codé dans ce sport, beaucoup de traditions, de respect, d’adulation aussi. Les meilleurs sumos possèdent des serviteurs pour trimballer leurs affaires, sont criblés de flashs par une foule dont je suis partie intégrante. Les seconds gras doubles, moins connus, arrivent seuls à pied ou en métro, transportant leur baluchon et toujours habillés en costume traditionnel. Je n’ai pas osé demander à prendre une photo avec eux, mais ils se prêtent volontiers au jeu. Bref, expérience géniale, que je renouvellerai, c’est une promesse que je me suis fait à moi-même.

C’est pas tout ça, mais je suis à Tokyo depuis 4 jours, le soir même direction Kyoto, petite bourgade provinciale de 23 millions d’habitants. Histoire d’entrapercevoir cette mentalité japonaise dont nous sommes si éloignés l’espace d’un instant, nous décidons de passer la nuit dans un Ryokan, maison traditionnelle japonaise. C’est terrible…vraiment. Quand j’achèterai une maison (on peut rêver), ça sera une maison landaise ou une maison à la japonaise! J
On laisse ses chaussures dans un sas d’entrée ou des chaussons vous attendent, le jardin autour est absolument superbe, tout est d’une propreté impeccable, un bain chaud vous attend en permanence. Les portes en bois coulissent avec grâce, le sol de la chambre est fait de bambou, ça sent bon la nature et la simplicité. Les lits sont rangés dans une armoire en bois encastrée dans le mur (gain de place) et sont faits tous les soirs, à même le sol. Et pourtant, quel confort…j’en suis épaté, vraiment. Dans ma maison landaise ou japonaise, j’aurais un lit comme ça.

Nous nous promènerons à Kyoto en vélo le premier jour, pour visiter des temples, tous aussi beaux les uns que les autres. Cette ville immense se prête au vélo.
Pour être tout à fait honnête, je cherche mes mots en écrivant cet article, je n’arrive pas à faire passer le message de cette sérénité ressentie au Japon, je ne sais comment vous l’expliquer. Tout ici est fait pour promouvoir cet individualisme que je gerbe et pourtant, les gens sont absolument gentils (hypocrites? je ne le pense pas) et prêt à vous aider, peut être plus qu’ailleurs, si vous le demandez.
Cela fait plusieurs jours que je cogite à la question, je ne comprends toujours pas comment autant d’individus qui ne se prêtent aucune attention les uns les autres, peuvent se témoigner autant de respect. C’est totalement contradictoire, mais ça marche, bien mieux que chez nous.
Une criminalité ridicule au Japon, les portes ne sont pas toujours fermées à double tour la nuit, les vélos pas attachés. De tous mes voyages, c’est le premier pays ou je ne vois aucune mendicité. Et je dis bien : aucune. Des SDF il y en a, mais ils ne mendient pas, l’Etat les prenant en charge pour le minimum vital, soins, nourriture. Impressionnant quand même pour peu que l’on se donne la peine de comprendre les rouages de cette société.

Revenons à Kyoto: nous enchainons les temples, nous nous perdons beaucoup (les métros appartiennent à différentes compagnies privées, pas reliées entre elles, donc pas facile de s’y retrouver). Nous passerons une journée dans les rues principales, à flâner, puis la nuit partirons sans succès à la recherche des Geishas.
L’occasion de redire que si le Japon est un pays traditionnel, le prostitution l’est tout autant: il n’est pas rare le soir de voir des groupes de costards-cravates, qui, après le travail, font un détour pour se mettre minable dans bar et finir dans les bras d’une fille (ou d’un garçon) de joie, philippin(e) bien souvent. La société japonaise change, mais le sexe est toujours tabou: pas avant le mariage. Les « love hôtels », chambres louées à l’heure, poussent donc comme des champignons et semblent être un business florissant.

Je reviendrai au Japon, j’en ai la certitude. Je n’avais jamais quitté un pays aussi frustré d’avoir vu si peu. Je n’ai vu que 2 grosses villes, qui m’ont plu! Alors j’imagine la campagne….il faudra bien que j’aille voir. A rajouter sur ma liste de vie.
Pour conclure, je ne pourrais pas passer ma vie au Japon, la mentalité étant rigide et trop éloignée de la notre. Je suis probablement plus proche d’un papou que d’un japonais. Ceci étant, les japonais sont tellement serviables et avenants que si l‘occasion se présentait d‘y passer quelques mois, je n‘hésiterais pas une seconde.
Pour tout vous dire, je me suis surpris après quelques jours seulement, à hocher la tête à la japonaise, comme un dingue au risque de me la dévisser, afin de témoigner du respect ou tout simplement de dire merci.

08/09/2010

Chine: récit d’un bref séjour

Chine: récit d’un bref séjour

Tout tour du monde qui se respecte passe forcément par la Chine, le mien n’a pas fait exception à la règle. Toutefois, dire que je connais maintenant la Chine serait à la fois une aberration et un mensonge: il ne serait pas trop d’une vie pour visiter ce pays sans fin et que je n’ai fait que parcourir avec mes amis l’espace de deux semaines à peine.

Jusqu’à présent, je ne connaissais de la Chine que le 13e arrondissement de Paris, les baguettes pour boulotter des nems vietnamiens, les clichés habituels: c’est sale, les chinois crachent partout, ils mangent du chien et des insectes. Au passage, tout est vrai là dedans.
Récit concis de mon séjour chinois en compagnie de mes amis Thomas et Sylvia retrouvés à Beijing.

BEIJING (Pékin)
J’aime pas.
J’aurais pu y mettre la forme et écrire « je n’ai pas vraiment apprécié » suivi d’une synthèse/ antithèse/ conclusion, j’aurais pu prendre des baguettes (ah ah) pour vous dire que cette ville ne m’avait pas particulièrement intéressée, mais non. Je privilégie le fond à la forme.

Donc Beijing: ça pue, c’est sale, internet est censuré (dont mon blog), ça sent l’arnaque à tous les coins de rue et ça n’est pas particulièrement beau.
Nous avons bien évidemment visité les places dignes d’intérêt telles que la place Tiananmen ou encore la Cité Interdite et il est vrai que c’est joli, mais ça ne casse pas trois pattes à un canard laqué.
Je rajoute à ça que la population locale ne m’a pas paru particulièrement sympathique, habituée à la foule des touristes.

Voir toutes les photos  de Chine

Toutefois, voici ce que j’ai gardé dans mon sac d’anecdotes, coup de cœurs :
- Les Hutongs: ces vieux quartiers chinois, avec de petites maisons collées les unes aux autres, partageant des WC publics et ou vivent une foule de personnes modestes. Ici il y a de l’ambiance, ça vie, on s’y sent bien. Dommage que tout Beijing ne soit pas/plus comme ça.

- Les raclements de gorge profonds des chinois, longs et sonores…tout ça pour un petit crachat, ridiculement accroché à un filet de salive qui terminera à 2cm de la chaussure dans le meilleur des cas.

- Les cacas d’enfants dans les rues. Si si ! Ici il n’est pas rare de voir un enfant déposer le bilan au beau milieu d’une ruelle. Les enfants chinois (et uniquement les enfants) ont une large fente à l’arrière de leur pantalon (pantalon j’ai dit!), leur permettant de s’accroupir sans plus de formalités pour la besogne. C’est très drôle à voir, même si ça surprend un peu :)

- Dans l’une des principales rue touristique de Beijing, on peut voir des scorpions, des insectes prêts pour la grillade. Ce qui m’a beaucoup amusé, c’est de voir que seuls les touristes, à grands renforts de grimaces, essayaient d’en manger; surement pour pouvoir raconter ça de lors d’une soirée mondaine de retour au pays. Parce que les chinois, eux, ils sont pas fous: cette bouffe là, ils n’y touchent pas, trop heureux de laisser ce plaisir aux touristes! Je parle de Beijing uniquement dans ce paragraphe.

- La Muraille de Chine: c’est quand même assez impressionnant. Par chance, aucun touriste sur la partie du mur que nous avons visité. Dire qu’on la voit depuis la lune, avec ses 6700 kms me parait incroyable.

Voir toutes les photos  de Chine

TAI’AN (et son mont Taishan)
J’ai adoré, c’est mon étape préférée en Chine. Le jour et la nuit avec Beijing.
Direction le sud, nous avons rejoint cette petite ville après 10h de bus, dans lequel les chinois fumaient, crachaient (gaffe à pas glisser sur les crachats en sortant). Au passage: ce salaud de chauffeur pour éviter un détour nous largue sur l’autoroute (pas à côté, SUR l’autoroute). Sympa, j’avais jamais passé un péage à pied.

Cette ville n’est pas dans les guides touristiques, du moins pas dans tous. Il n’y a donc pas d’étrangers ici. Et la conséquence est à la fois surprenante et géniale: les gens à Tai’an nous dévisageaient, s’arrêtaient, se retournaient, se hélaient les uns les autres pour nous montrer du doigt et surtout…nous prenaient en photos, de façon plus ou moins discrète. Mais ce qui est le plus important, c’est que cela était toujours accompagné d’un sourire (souvent gêné), voire pour les plus hardis d’entre eux d’un «hello», seul mot anglais de leur connaissance.

Voir toutes les photos  de Chine

J’ai beaucoup aimé cette sensation: non pas celle de se sentir admiré même si il est vrai que ça flatte l’égo, mais celle de se sentir comme un martien. Eux, les seuls blancs qu’ils voient habituellement c’est sur les affiches publicitaires.
Cette petite bourgade de 600 000 habitants (ben oui, pour la Chine c’est petit) était bourrée de charme.
Tai’an est bordée par le mont Taishan, montagne dont l’on peut atteindre le sommet après avoir escaladé ses 6666 marches. Ce chemin est un lieu de pèlerinage bouddhiste, on peut y voir une multitude de temples lors de l’ascension.
L’ascension justement, parlons-en : le but est de faire la montée de nuit afin d’atteindre le sommet avant les 5h du matin pour contempler les premières lueurs de l’aube et le lever du soleil. C’est-ce que nous avons fait en débutant notre ascension un peu avant 1h du matin.
Au passage, nous avons croisé plusieurs milliers de chinois, dont peu me semble t’il sont arrivés au bout. C’est plutôt sportif et pas à la portée de tous.
Mais le jeu en vaut la chandelle, je vous assure qu’une fois arrivé en haut, le moment est magique, l’instant est magnifique même si éphémère. J’en ai la chaire de poule rien que d’y repenser.
Une fois en haut, nos amis chinois nous prennent au moins autant en photo que le lever du soleil et nous demandent de poser avec eux. C’est dingue.

Me connaissant par cœur, Thomas, en excellent ami qu’il est, savait qu’après 6 mois de sevrage j’étais en manque de bouffe bien du pays. Nous avons donc fait l’ascension en compagnie d’un saucisson et d’un foie gras, tous deux dégustés au sommet. Un très beau moment de vie …

Voir toutes les photos  de Chine

SHANGHAI
Rien à voir avec Tai’an vous vous en doutez. Je ne vous présente pas cette ville, vitrine avouée de la Chine, ville moderne connue de part le monde.
Aussi grande soit-elle, j’ai aimé son ambiance. C’est clean, presque trop, mais c’est harmonieux et serein.
Shanghai aura été pour moi l’occasion de rencontrer un couchsurfer chinois, vivant à Paris mais revenu dans sa ville natale pour ses congés. Mec intéressant et sympa, avec qui j’ai passé toute une soirée de balade et de bières. A noter qu’en Chine il n’y a pas vraiment de bars, ça n’est pas dans la culture. Ici c’est plutôt Karaoké… :/

Mais Shanghai c’est également en cette année 2010 la ville hôte de l’Exposition Universelle. Je ne pouvais pas manquer cet évènement de revoir une synthèse, entre 4 murs, de ces pays que j’ai déjà découverts et de ceux que je vais découvrir.
L’organisation est superbe, de jeunes chinois en T-shirt vert, parlant anglais, sont présents partout, à tel point qu’il faut vraiment faire un effort pour se perdre. Le pavillon de la France est aussi beau à l’extérieur qu’inintéressant à l’intérieur. Il se veut luxueux et romantique, je le trouve pitoyable et ridicule. Et je ne suis pas le seul de cet avis! M’enfin, parait que les chinois aiment… bref je suis content de ne pas avoir fait 2h de queue pour voir ça, la simple présentation de son passeport français vous ouvrant la voie VIP et l’accès immédiat. Mon inséparable polo bleu et blanc sur mes épaules ce jour là, dans ce stand consacré à la France m’a par contre valu quelques flashs dans la figure.

Concernant les autres pavillons: on alterne entre le bon et le moins bon, entre l’intéressant et le futile, mais en moyenne c’est assez sympa.
Mention spéciale au pavillon Moldave ou nous avons passé 1h avec Thomas, à discuter avec les hôtesses. Pourquoi ? Simple: le garde à l’entrée ferme la porte (trop de gens dedans), puis voit 2 moldaves dans la file d’attente (ben oui, Thomas et moi, on ressemble à des moldaves pour lui), je joue le jeu pour gruger les mecs devant et lui dit bonjour en russe. Erreur, c’était un piège !!! A l’intérieur se préparait un spectacle de danse folklorique auquel les hôtesses me convient sans me demander mon avis, pendant que ce lâche de Thomas filme la scène. Bref, ça fait longtemps que je n’avais pas fait quelques pas de danse moldave en claquettes et en short, voilà, c’est fait. Les chinois sont contents, c’est le principal.
Après cette « performance » , nous discuterons avec les hôtesses, super sympas. J’accuse au passage mon interlocutrice de m’avoir fait danser en lui disant que même si j’avais pu bluffer le garde chinois à l’entrée, elle, elle savait pertinemment que je n’étais pas moldave. Mais la situation l’avait amusée…que dire ! Tout le monde est content donc bon :)

Voir toutes les photos  de Chine

GUILIN- YANSHUO
Nous y arrivons par avion. Petite ville hautement touristique mais sympa. Ici tous les jeunes parlent anglais et/ou prennent des cours.
Justement, sur les conseils de Kamel, un ami commun à Thomas et moi, nous avons fait un deal via couchsurfing: une école de langue anglaise, nous propose de nous héberger/nourrir contre quelques heures de cours d’anglais à des étudiants. Nous adorons l’idée, l’occasion rêvée de rencontrer des locaux. C’est parti !! Je choisi un groupe de niveau intermédiaire histoire d’être sûr que le niveau des élèves ne soit pas supérieur au mien. Le sujet est libre ou presque: il est interdit de parler de politique et de religion. Moi qui voulais aborder la question du Tibet….zut :) . L’expérience est vraiment sympa, les élèves souriants et intéressants, avec un vrai dialogue. J’aurais bien voulu renouveler l’expérience, mais pas de cours le week-end.

Ce week-end là justement, nous ferons en compagnie d’un guide local, une promenade en vélo de 5h dans la campagne avoisinante, au milieu des rizières. Plutôt tranquille, les alentours sont vraiment beaux dans cette campagne profonde. Les gens sont visiblement modestes, voire pauvre. Cette promenade est l’occasion de discuter avec notre guide, loin du brouhaha de la ville. Il est sympa, plutôt ouvert, l’occasion d’aborder avec lui des sujets « sensibles » tels que la politique.

Voir toutes les photos  de Chine

Le lendemain, 1h de bus pour rejoindre un tronçon de rivière connu pour la beauté de ses rives. L’objectif est de le remonter en « bateau-bambous » afin d’aller attraper à quelques heures de là un bus puis un train direction Hong Kong.

Voir toutes les photos  de Chine

HONG KONG
Notre dernière étape chinoise, mais pas la meilleure. Hong Kong, rendue à la Chine en 1997 par les anglais (je ne sais pas pourquoi mais je me souviens encore de la cérémonie vue au JT de 13H à Sainte-Foy!) garde des restes de son passé anglophone. Ici on conduit toujours à gauche, c’est très cosmopolite, tout clignote partout, des pakistanais vous proposent de vraies fausses Rolex toutes les 20 secondes environ.

Outre la chaleur pesante et l’humidité environnante, nous avons eu le malheur de tomber dans une auberge de jeunesse que je qualifierai de…moisie: crade, moustiques omniprésents, chambre odorante, insalubre…bref, un plaisir !
Hong Kong est à mon avis une ville qu’il n’est pas indispensable de visiter en Chine, surtout en comparaison de Shanghai, bien plus sympa dans le même style. Un gros avantage toutefois : pas besoin de visa pour y aller!

Premier et dernier aveu pour conclure :  même si je continue à préférer voyager seul, ça m’a quand même bien ennuyé de me séparer de Thomas et Sylvia à Hong Kong :)

Voir toutes les photos  de Chine

 

PS: certaines des photos sont copyright Thomas G ! :)