28/10/2010

Thaïlande: welcome to beaufland

Thaïlande: welcome to beaufland

Un mea culpa s’impose pour ce long silence dans la rédaction des articles! Forcé d’avouer que la motivation pour écrire quelques lignes relatives à la Thaïlande n’était pas là. Avant d’aller plus loin, j’imagine que vous êtes conscients que tout ce que j’écris est parfaitement subjectif, n’est-ce pas ? :) Alors c’est parti pour mon réquisitoire.

Tout le monde connait la réputation sulfureuse de la Thaïlande, le pays de la non-retenue, les puritains dont je crois ne pas faire partie emploieront le mot « déprave » ou encore « débauche».
Je savais avant même d’y aller que je n’irais pas dans ces villes et îles connues de tous pour leurs fêtes aussi démentielles que futiles à mes yeux, ou se mêlent gros porcs occidentaux à la recherche de jeunes filles/garçons prêts à tout pour de la menue monnaie, et jeunes touristes décérébrés venus se saouler pour pas cher!

Voir toutes les photos de Thaïlande

Mais rassurez-vous, le tourisme sexuel est tellement omniprésent qu’on vous propose tout et n’importe quoi/qui à chaque coin de rue de Bangkok. J’ai donc eu tout loisir de contempler! Tout d’abord dubitatif, ça me fait maintenant tristement sourire. Explications : la prostitution en Thaïlande est absolument illégale. Sauf que ça rapporte tellement d’argent qu’elle est tolérée (et je me demande à quel point elle n’est pas encouragée).

Je vomis ces gros porcs suintants de perversités, venus faire étal de leur monnaie occidentale afin de réaliser ces fantasmes qu’ils n’ont pas les couilles (sous réserve qu’ils en aient eu un jour) d’assouvir chez eux. Tout chez eux sonne le glas du tourisme intelligent, celui ou vous-êtes censés découvrir un pays et partager un bref moment avec ses habitants pour tenter d’entrapercevoir ce qu’est leur vie.
Et cette « beaufitude » touche tout le monde: il est carrément hilarant de voir qu’à deux pas de la rue la plus salasse de Bangkok, ou vous pouvez choisir votre fille/garçon/lady-boy parmi la centaine alignée sur le trottoir en attente d’un doigt approbateur se pointant sur elle, se trouve le quartier musulman. Et pas des modérés !!! Des cheiks arabes en tenue traditionnelle font eux aussi leur « ronde touristique », leurs femmes voilées suivant non-loin de là. Même mon ami Kamel, mon guide dans cette jungle thaï, pourtant musulman, n’a pas d’explications à ce « phénomène», si ce n‘est celui de l’hypocrisie! Que ce soit clair, je ne juge pas : je constate et je donne mon opinion, libre à tous d’en avoir une contraire! :)

Voir toutes les photos de Thaïlande

Mais la Thaïlande ça n’est pas que ça, non, car les gros porcs font aussi du tourisme, si, si ! Bangkok: je zappe, c’est 100% harcèlement par les touk-touks, les taxis entourloupeurs. Bref, rien d’attirant si ce n’est le Grand Palais et la Montagne Dorée, superbes monuments.

Kamel en bon voyageur hors-pair connait tous les bons plans; ne disposant que d’une semaine ensemble avant qu’il n’ai à retourner en France, nous irons traîner  nos guêtres dans le sud de la Thaïlande, à Krabi, petite bourgade de campagne ou nous passerons deux nuits dans un confort sommaire mais en tout point excellent. Au programme: location de scooter (sans se vautrer lamentablement cette fois-ci) pour rejoindre un parc national avec de belles chutes d’eau ou il fait bon se baigner, des grottes délaissés de tous alors que remarquables: pas d’entrée à payer, un escalier en ruine, pas de personnel d’accueil, scooter embourbé garanti, tout autant que les égratignures dans cette végétation luxuriante. Ca c’est génial, et ça me réconcilie avec la Thaïlande.

Voir toutes les photos de Thaïlande

Les jours suivants, tout aussi sympas: outre le bonheur de se promener en compagnie d’un ami à l’autre bout du monde, j’ai particulièrement aimé cette nuit dans un village musulman au milieu de nulle part, en pleine mer: ces maisons montées sur pilotis forment un village visité par quelques touristes la journée, et un havre de paix le soir. Ici rien à faire après le coucher du soleil, si ce n’est discuter autour d’un verre sans alcool en attendant d’aller se reposer sur un matelas à même le sol, sous lequel vous pouvez apercevoir l’eau à 10 cm sous le plancher mal dégrossi. Un bon moment de quiétude comme il est bon d’en avoir lors d’un voyage!

Retour dans l’enfer pollué et bruyant de Bangkok, départ de Kamel et arrivée d’Olivier (Noliv, ou encore Michel pour les intimes). C’est que je suis chanceux voyez-vous, j’ai des amis voyageurs qui me font l’honneur de me rendre visite!!! Et ça restera parmi mes plus beaux souvenirs de voyage. Si Noliv s’est déplacé si loin, ça n’est pas pour la Thaïlande, qu’il apprécie à peu prêt autant que moi, mais pour tenter un furtif séjour en Birmanie (Myanmar de son « nouveau » nom) si nous obtenons le visa à Bangkok, le Laos le cas échéant. Nous irons quand même à Kanchanaburi, toujours en Thaïlande, ville célèbre pour son pont vu dans le film « le Pont de la rivière Kwaï » et pour avoir les plus belles chutes d’eau du pays. Et c’est vrai que c’est magnifique ces chutes d’Erawan, sous réserve d’y arriver tôt le matin: l’eau est limpide, chaude, les poissons se précipitant pour vous bouloter les pieds. Ici aussi, nous sommes loin du brouhaha de la capitale, nous passons nos nuits sur une maison-bateau, gentiment chaloupée par de trop rares coups de vent. La belle vie.

Voir toutes les photos de Thaïlande

J’arrête là mon récit sur ce pays, l’envie de vous parler de Myanmar est bien plus présente!
En conclusion, je dirais que la Thaïlande: je la découvre, je la comprends, mais je ne la cautionne pas. A noter toutefois, que ces thaïlandais semblent avoir une ouverture d’esprit que nous, occidentaux, sommes loin d’avoir et ça, c’est tout à leur avantage.

Ce que je n’ai pas aimé en Thaïlande:
- Bangkok et son rapport incessant à l’argent
- Le fait que la moindre famille moyenne occidentale se croit supérieurement riche le temps de quelques jours.
- Les gros porcs à qui j’ai envie de foutre de grosses mandales et à qui je ne souhaite rien de bon.

Ce que j’aime en Thaïlande:
- La nature omniprésente hors des grandes agglomérations.
- Tous ces endroits sur des rivières/mer, ou j’ai pu dormir au son du clapotis de l’eau
- Manger dans la rue, le prix est dérisoire, la qualité très correcte.
- La compagnie de Noliv et de Kamel.

Voir toutes les photos de Thaïlande