Archive | Lituanie RSS feed for this section
24/07/2010

Lituanie: voyageur sans visa cherche terre d’accueil

Lituanie: voyageur sans visa cherche terre d’accueil

Pour la première fois depuis que je tiens ce blog, cet article est l’expression de l’humeur du moment plutôt que la description d’un pays.Cela faisait presque 2 semaines que j’étais « coincé » en Lituanie !!! L’inactivité (même si elle était relative, mon sac à dos et moi ayant continué à vagabonder par-ci par-là) commençait à me peser un peu.

Les démons du bus, de la découverte, du train, de l’aventure, de l’excitation du voyage me turlupinaient, les jambes me démangeaient.

Pourquoi « coincé » ?
Souvenez-vous, j’étais dans ce pays à la fois troublant et charmant qu’est la Biélorussie. A mon retour, direction Riga (Lettonie) ou je retrouve Jade, australienne rencontrée à Vilnius. Je souhaitais découvrir la Lettonie tout en faisant établir mon visa pour la Russie. Seulement voilà, IMPOSSIBLE : « vous ne pouvez obtenir le visa russe QUE dans votre pays d’origine ». Le coup de bambou, l’énorme claque, la déception, une pointe de tristesse et de déprime. Non je ne le savais pas, j’y suis déjà allé 27 fois, mais avec des visas business, ce qui change la donne.
Je ne voulais pas rentrer en France et perdre 2 semaines en l’attente de ce visa. De même, je voulais absolument passer par la Russie pour prendre le Transsibérien. Il fait partie intégrante de mon rêve, pas question de zapper cette étape.

Voir toutes les photos  de Lituanie (Kaunas, Ignalina, parc Aukjstaitija)

Je n’ai donc que très modérément profité de Riga, l’esprit trop occupé à trouver une solution; c’est pour cette raison que je ne rédigerai pas d’articles à propos de la Lettonie. Après quelques heures passées sur internet à multiplier les recherches, je trouve le témoignage d’un voyageur anglais sur un forum qui dit avoir obtenu un visa russe à Vilnius, via une agence. Celle là même ou j’avais obtenu le visa biélorusse. Il s’avère qu’outre la France, mon seul espoir résidait en cette agence à Vilnius ou une seconde au Kazakhstan ! Seule difficulté (de taille) prouver que je suis résident en Lituanie… pas gagné.

3 jours après mon arrivée à Riga, retour à Vilnius. Je me précipite à l’agence, stressé, je l’avoue sans mal.
La demoiselle me reconnait; normal me direz-vous, car pour le visa biélorusse, j‘étais venu la voir 3 fois en une journée: la première fois avec le passeport, la deuxième fois avec les photos oubliées lors de la présentation du passeport, la troisième avec l’argent oublié en donnant les photos. Bref, dur d’oublier le parfait tocard.

Je lui dis vouloir faire le visa pour la Russie cette fois. La discussion est plus ou moins la suivante:
« Je me souviens que tu es français. Tu vis en Lituanie ? »
« Je sais que je dois répondre oui mais j’ai bien l’impression que non »
« ok. Tu as une assurance ? »
« Oui, mais je prendrai la votre, le justificatif de la mienne serait trop long à me parvenir »
« combien de jours en Russie ? »
«  je sais pas, mettons 30 max »
« tu connais ton lieu d’hébergement ? »
« non »
« tu as un voucher ? »
« non »
« tu as une invitation ? »
« non »
En gros, je n’avais rien.
« d’accord, le prix est variable, il faut que je téléphone au consulat pour connaitre celui du moment. »
Le prix qu’elle me donne, tout inclus, est alors inférieur au prix du visa en France !!! Deux fois moins cher !
« Alors selon ta tête (si tu leur reviens bien ou pas) ça pourra prendre de 8 à 20 jours si ils acceptent. Pour l’hébergement, je connais un hôtel à Moscou, on aura qu’à déclarer que tu dors là bas d’accord ? Ensuite tu fais ce que tu veux »
« et pour les autres papiers que je n’ai pas ? »
« je m’en occupe, tu vis en Lituanie et l’invitation sera incluse. Reviens dans 1 semaine et je te dirai si ils acceptent ou pas de faire ton visa, tu pourras alors acheter tes billets »

Voir toutes les photos  de Lituanie (Kaunas, Ignalina, parc Aukjstaitija)

Elle est pas belle là vie ?! Vive la magouille! En effet, une semaine après je reviens et elle m’annonce la bonne nouvelle, selon une éminente autorité aussi compétente que corrompue j’imagine : ils feront bien mon visa. Yeaaah !! Un vrai soulagement pour moi, fini l’angoisse. 10 jours après j’ai le visa en poche, le lendemain, soit aujourd‘hui: j’écris depuis l’aéroport de Vilnius, prêt à partir sur Moscou. Je ne peux pas y aller en bus/train pour ne pas avoir à refaire de visa de transit pour la Biélorussie.

Je suis vraiment heureux, ça me démangeait de repartir :)
Je vois se profiler le transsibérien, j’ai trouvé quelqu’un prêt à venir avec moi à la gare et m’aider à acheter les billets. Fortement conseillé en Russie si vous ne parlez pas bien la langue.

Au passage, n’allez pas vous imaginer que je n’ai rien fait pendant ces 10 jours. Pour citer pêle-mêle : je suis allé à KAUNAS (ah ah) ou j’ai passé 2 jours à me baigner en caleçon (j’avais oublié mon maillot à Vilnius). Aucun risque d’être ridicule, ici la mode est toujours au maillot moule-boules en se laissant pousser le ventre à bière. Autant dire que j’étais presque avant-gardiste !
Je suis également allé à SALOS (ah ah bis), au fin fond de la Lituanie ou j’ai loué un vélo pour 2 jours de balades dans l’un des parcs nationaux, la température montant jusqu’à 35°C tout de même, ça n’a pas toujours été une partie de rigolade.
J’ai profité de ces quelques jours pour faire de nouvelles photos de la Lituanie.

Ces jours d’attente ont également été l’occasion de revenir chez Audrius et Kristina, l’adorable couple de lituaniens qui m’avaient déjà hébergés auparavant sur Vilnius (les ex-colocataires de Viki) et qui ont eu la gentillesse, la spontanéité de m’accueillir à nouveau malgré le côté imprévu de la chose. Des gens adorables, pas faciles à quitter.

Ce que j’ai aimé pendant cette attente :
- Notre sortie cinéma en plein-air.
- La cuisine divine de Kristina.
- Les parties d’échecs avec Audrius dans le rôle du professeur patient, excellent joueur par ailleurs.
- La canicule.
- Voir les étapes de montagne du Tour de France …enfin entre autre celles de montagne.
- Nos échanges de points de vue avec Audrius, nos discussions ultra sympa avec ses potes.

Ce que je n’ai pas aimé :
- L’attente
- L’attente
- L’attente

Moscou me voilà !!! Russie me voilà !!! J’attendais ce moment depuis…longtemps. Mon voyage a commencé depuis un peu plus de 3 mois, mais c’est maintenant que le dépaysement commence réellement, à moi l’Asie, à moi les steppes, à moi les 86h de train pour traverser la Russie !!
Si vous aussi le mot « Transsibérien » vous fait rêver, je vous raconterai ça dans un article dédié, promis.  :)

Voir toutes les photos de Lituanie (Kaunas, Ignalina, parc Aukjstaitija)

29/06/2010

Lituanie, l’autre pays du football

Lituanie, l’autre pays du football

Dans mon dernier article, j’estimais mon retour aux alentours de 2020; Au train ou vont les choses, il me semble que 2030 serait plus approprié. Effectivement, 2 semaines passées en Lituanie, ça n’était pas vraiment au programme étant donné la taille du pays. Mais j’ai deux excuses béton : la coupe du monde de football et le visa pour la Biélorussie!

Après avoir raté un train en Pologne, après avoir fait de  l’auto-stop jusqu’à la frontière Lituanienne, après avoir fait marche arrière toujours en auto-stop pour ne pas rater le début match du Paraguay (qui a dit « fanatique » ?), j’arrive finalement à Vilnius, capitale de la Lituanie, non sans avoir fait un arrêt à Kaunas (ah ah).

A Vilnius, je suis accueilli par Viki, amie d’une amie argentine (Caroooo!!). Viki vit ici depuis 9 mois. Pour faire simple, elle est argentine, possède un passeport italien et enseigne le français en Lituanie. C’est elle qui m’hébergera durant tout mon séjour à Vilnius, en compagnie de ses 3 colocataires : un couple de lituaniens et une polonaise.

Voir toutes les photos de Lituanie (Vilnius, Klaipeda, Trakai, Nida) – Désolé pour la qualité, me suis trompé avec le réglage automatique ! :)

Toujours en compagnie de Viki et nombre de ses amis, essentiellement expatriés espagnols et étudiants Erasmus, nous aurons passé pas mal de temps ainsi qu’un certain nombre de litres de bière à nous passionner pour nos équipes favorites de football, dans des bars en terrasse, sur écran géant.
Les lituaniens sont dans leur grande majorité amateurs de basket, sport dans lequel ils excellent, mais pour le football, vous repasserez: il m’a plutôt semblé qu’ils avaient du mal à distinguer une touche d’un corner. Quant à s’extasier lors d’un but,  hurler au scandale lors d’une faute réelle ou imaginaire: ça ne fait visiblement pas vraiment partie de leur culture. Forcé d’avouer que j’étais bien content d’être entouré de latins à ce moment là, c’est plus sympa, plus vivant :)

Sans toutefois affirmer que j’ai  ressenti un « fossé culturel » entre les lituaniens et moi (je réserve cette expression à l’Asie), il n’en reste pas moins une certaine mentalité qu’il est parfois difficile d’appréhender.;  les rapports humains, la gestuelle, la simple expression de son humeur sont tous autant qu’ils sont des élément à décrypter, prouesse n’étant pas à la portée du premier venu. Attention toutefois aux généralités : ceci ne les empêche absolument pas d’être foncièrement accueillants, chaleureux et sympathiques!!

Voir toutes les photos de Lituanie (Vilnius, Klaipeda, Trakai, Nida) – Désolé pour la qualité, me suis trompé avec le réglage automatique ! :)

Pour ce qui est des visites, Vilnius est aussi petite que charmante. 600 000 habitants seulement, une vieille ville très sympa même si l’animation n’est pas toujours au rendez-vous le soir. Bien qu’on puisse assez rapidement tourner en rond, impossible de ne pas se sentir bien ici.

Concernant le reste de la Lituanie, outre le joli château de Trakai bâti sur une île, à une trentaine de kilomètres de Vilnius, j’ai beaucoup apprécié l’après midi champêtre en compagnie de Viki, de divers expatriés et lituaniens francophones, dans l’une de ces charmantes maisons de campagne typique, colorée, sans eau ni électricité et entièrement en bois que l’ont aperçoit de toutes part dès lors que l’on aborde la campagne.

Parlons-en de cette campagne: elle correspond exactement à la conception que je me suis toujours faite du milieu rural d’il y a 50 ans en France. Et je ne pense pas me tromper : décor, petits élevages, fermes éparpillées, outils vieillots, méthodes agricoles : tout y est. J’aime beaucoup. Je serai gré à la génération précédente de bien vouloir faire un saut ici pour confirmer mes dires :)

Tout aussi sympa, mon escapade au nord ouest du pays à Klaïpeda, étape pour rejoindre le village de pêcheur de Nida, bordé par de belles dunes de sable, le long de la mer baltique. Le voyage n’est pas des plus court mais ça valait le coup ! Je vous laisse découvrir les photos.

Et comment ne pas parler de cette absurde et incroyable colline aux croix, perdue au milieu de nulle part! Il est dit que la foi peut déplacer des montagnes, en tout cas une chose est sure : elle peut les créer! On estime à environ 1 million le nombre de croix catholiques plantées ici, dont 60 000 de plus d’un mètre (même Jean Paul II a planté la sienne), de toutes tailles, de toutes matières. Les lituaniens les plantaient là en signe d’espoir et en témoignage de leur foi et d’espérance. Pendant la période communiste et malgré l‘interdiction de perpétrer cette « tradition », malgré le fait que le Parti les aient faites enlever à plusieurs reprises, malgré le dynamitage de la colline, rien n’y a fait, les croix sont toujours réapparues.

Voir toutes les photos de Lituanie (Vilnius, Klaipeda, Trakai, Nida) – Désolé pour la qualité, me suis trompé avec le réglage automatique ! :)

Le reste de ce que j’ai aimé en vrac :
- Les fraises des bois sauvages (je n’en avais pas mangé depuis mon enfance il me semble!) vendues au verre, par des mamies le long des routes ou des trottoirs.
- les innombrables vaches solitaires qui vous dévisagent sur les divers chemins de campagne.
- les réactions étrangères après le triste spectacle dispensé par l’équipe de France
- Le fait qu’on me prenne pour un argentin quand je commence à parler espagnol :)
- les cigognes dans le centre du pays: j’ai du en voir au moins une quarantaine !

Ce que je n’ai pas aimé:
- Me faire petit suite aux réactions étrangères après le triste spectacle dispensé par l’équipe de France :)
- Le bus d’où je vous écrit et dans lequel  il fait 40°C

Je terminerai en vous disant que je vais enfin pénétrer dès demain dans ce pays secret qu’est la Biélorussie! L’envie d’y aller ne date pas d’hier et j’ai vraiment hâte d’y être, vraiment excité de visiter ce pays inconnu ou le tourisme est inexistant. Pourvu qu’ils ne me recalent pas à le frontière, ce qui est malheureusement une possibilité non négligeable pour cause de photo de passeport recollée il y a 1 semaine à la super glue :)

Tout ça c’est bien beau, mais y’a match, je dois y aller. A très bientôt et encore désolé pour la qualité des photos! Promis, je corrige ça!